ven. Déc 3rd, 2021

Selon la Banque mondiale, 40 % des pays à faible revenu n’ont publié aucun chiffre au cours des deux dernières années.

Selon la Banque mondiale, les efforts déployés pour lutter contre la crise de la dette qui menace les pays les plus pauvres du monde sont entravés par le manque de chiffres fiables et actualisés indiquant le montant de la dette de chaque nation.

L’institution basée à Washington a mis en évidence des « lacunes massives » dans les données, 40% des pays à faible revenu n’ayant pas publié de chiffres sur leur dette souveraine au cours des deux dernières années.

À l’heure où la pandémie mondiale a fait grimper la dette à des niveaux dangereusement élevés, un rapport de la Banque mondiale indique que les estimations « bricolées » à partir de sources diverses rendent plus difficile la gestion du problème.

La Banque, qui a publié le mois dernier des chiffres montrant un bond de 12 % de la dette des pays pauvres en 2020, a déclaré que le suivi de la situation reposait sur un patchwork de bases de données avec des normes et des définitions différentes et des degrés de fiabilité différents.

Les incohérences entraînent de grandes variations dans les décomptes publics de la dette des économies à faible revenu – l’équivalent de 30 % de la production nationale d’un pays, dans certains cas.

David Malpass, le président de la Banque mondiale, a déclaré que le rapport donnait à réfléchir et plaidait pour une réforme urgente. « Les pays les plus pauvres sortiront de la pandémie de Covid-19 avec le fardeau de la dette le plus lourd de ces dernières décennies, mais la transparence limitée de la dette retardera la réconciliation et la restructuration critiques de la dette », a-t-il déclaré.

Le mois dernier, M. Malpass a déclaré que sur les 74 pays pouvant bénéficier de prêts à taux réduit et de subventions par le biais de l’Association internationale de développement de son institution, plus de la moitié étaient « en situation de surendettement extérieur ou à haut risque de l’être ».

La Banque mondiale a indiqué que parmi les pays qui ont publié des données au cours des deux dernières années, beaucoup se sont limités à la dette du gouvernement central. De nombreux pays en développement riches en matières premières s’appuient de plus en plus sur des prêts adossés à des ressources naturelles, qui leur permettent d’obtenir un financement des prêteurs en mettant en garantie des flux de revenus futurs.

Les prêts adossés à des ressources naturelles ont représenté près de 10 % des nouveaux emprunts en Afrique subsaharienne entre 2004 et 2018, indique la Banque. Plus de 15 pays avaient une telle dette, mais aucun n’a fourni de détails sur les accords de garantie.

Le rapport de la banque, Debt Transparency in Developing Economies, s’inquiète du fait que les pays à faible revenu commencent à utiliser les rachats de la banque centrale et les swaps de devises pour soutenir les emprunts extérieurs plutôt que comme outils de politique monétaire. « Ces opérations n’apparaissent pas dans les statistiques de la dette publique, et les bases de données des institutions financières internationales ne les saisissent pas non plus », a déclaré M. Malpass.

« Pour améliorer la transparence de la dette, il faut un cadre juridique solide de gestion de la dette publique, des systèmes intégrés d’enregistrement et de gestion de la dette, et des améliorations dans le suivi de la dette mondiale. Les institutions financières internationales, les débiteurs, les créanciers et les autres parties prenantes, telles que les agences de notation et la société civile, ont tous un rôle clé à jouer pour favoriser la transparence de la dette. »

La banque a déclaré qu’elle considérait depuis longtemps la transparence de la dette comme une étape cruciale dans les stratégies de développement des pays, car l’ouverture conduit à de nouveaux investissements, améliore la responsabilité et contribue à réduire la corruption. Tous les pays qui empruntent auprès de l’organisation – plus de 100 au total – ont été tenus de communiquer les détails de la dette extérieure due par tout organisme public.