ven. Déc 3rd, 2021


La société madrilène Virtual Voyagers a participé au développement de la plate-forme de concerts utilisée dans l’univers virtuel embryonnaire promu par le géant technologique.

Le téléphone d’Edgar Martín-Blas, PDG de la société madrilène Virtual Voyagers, fume. Sa société est l’une des rares spécialisées dans les environnements virtuels en Espagne et l’un de ses projets est récemment devenu très important. L’année dernière, ils ont collaboré à la création de la plateforme de concerts virtuels de Facebook, que le géant technologique prévoit d’utiliser dans son métavers, le monde virtuel où son fondateur, Mark Zuckerberg, veut nous voir travailler, nous amuser et faire du shopping dans un avenir pas si lointain. Pour Martín-Blas et son entreprise, responsable de plus de 200 projets pour différentes marques, cette initiative n’est pas si nouvelle. Mais il comprend le flot d’appels qu’il reçoit de ceux qui veulent prendre le train en marche de ce nouvel internet. « Facebook l’a annoncé et maintenant tout le monde veut y participer », dit-il.

Facebook a fait sa grande annonce lors du même événement où il a rebaptisé la société mère en Meta. Ce changement est intervenu dans le contexte du scandale provoqué par les révélations de Frances Haugen, mais il s’agissait également d’une déclaration d’intention. Un pari tout ou rien sur l’arrivée d’une nouvelle vague numérique que des entreprises de différents secteurs, de la publicité au divertissement en passant par le commerce électronique, veulent surfer. « Le message que je retiens est que tous les investissements dans l’internet tel que nous le connaissons vont dans un sac qui n’a plus grand-chose à offrir », déclare M. Martín-Blas. « Les marques y voient un nouveau monde dans lequel elles peuvent entrer avant leurs concurrents et planter leurs drapeaux.

Le travail pour Facebook a été réalisé par une société basée à Los Angeles avec laquelle Virtual Voyagers est en relation, Supersphere. Ils enregistraient de vrais concerts en vidéo 360 et les diffusaient ensuite sur Facebook Venues, un espace événementiel en réalité virtuelle. « Lorsque la pandémie a frappé, tous les concerts ont été interrompus et l’occasion s’est présentée, lors d’une réunion avec Supersphere, d’étudier comment créer des concerts 100 % virtuels », explique M. Martín-Blas.

Lorsque les deux entreprises ont vu que le projet était viable, elles l’ont présenté à Facebook, qui s’est montré intéressé. Il fallait faire une présentation et, pour ce faire, l’entreprise madrilène a eu l’idée de créer un petit métavers de démonstration accessible avec les lunettes Oculus (les lunettes de réalité virtuelle de Facebook). Ils ont réalisé un concert simulé, avec une scène virtuelle sur laquelle ne bougeait qu’un élément réel, l’artiste sous la forme d’un avatar. Ils ont installé des écrans géants qui bougent, des lumières, tout ce que l’on peut attendre d’un véritable événement de ce type. Il a fallu deux semaines pour créer cet environnement virtuel avec Supersphere et quelques collaborateurs, comme Luca Mefisto, qui travaille désormais chez Oculus.

« Lorsque nous leur avons présenté le prototype de l’éditeur de concert, nous étions tous des petits singes dans le minuscule métavers que nous avions créé pour faire la démonstration d’un concert. Nous les avons invités et ils sont apparus à l’intérieur de notre mini-métavers et nous leur avons dit : vous êtes déjà dans la zone du concert ou voici ce qui se passe lorsque le concert commence ; et les projecteurs se sont allumés », explique le PDG de Virtual Voyagers. « C’est un concept de présentation totalement différent, car il ne s’agit pas seulement d’une présentation PowerPoint d’idées.

La réaction des gens de Facebook a été très positive. Ils avaient déjà le feu vert pour créer le système de concert virtuel de l’entreprise. Ils ont développé un éditeur de concert afin que tout artiste ou producteur puisse créer son propre concert. La plate-forme comprenait une bibliothèque d’objets, avec différents intervenants, des projecteurs et tout ce que ces événements ont l’habitude d’avoir. Mais il permettait également d’importer ses propres objets 3D à intégrer au concert, comme une soucoupe volante ou un mégarobot.

Les lumières ont été un élément délicat, car chaque artiste veut son propre éclairage. Il fallait apporter différents types de lumières et permettre qu’elles soient contrôlées à partir d’une table de mixage physique. Le logiciel virtuel a dû s’adapter à cette interface particulière. Quant au musicien, sa performance est enregistrée sur une scène chroma key, pour être insérée – en direct, si nécessaire – dans l’environnement virtuel. Son avatar reproduit ses mouvements et ses gestes.

Une Cadillac rose et un scénario fantaisiste

« L’interaction avec Facebook était très agile, avec des décisions super rapides », se souvient Martín-Blas. Le premier concert virtuel a été celui de Jaden Smith, le fils polyvalent de Will Smith, qui voulait une Cadillac rose et une scène fantaisie. En l’espace de trois mois, au milieu des confinements pandémiques, il est passé d’une idée à un système à part entière, qui sera l’éditeur officiel de concerts virtuels du métavers de Facebook.

Les débuts de Virtual Voyagers remontent à 2013, lorsque Martín-Blas était directeur de la création chez Tuenti. Il avait mis 300 euros dans un projet de crowdfunding Kickstarter et reçu en retour le produit résultant : les lunettes Oculus. Il a commencé à étudier cette technologie avec quelques amis, comme quelque chose de très futuriste. Mais peu après, Facebook a racheté Oculus et ils ont réalisé que la réalité virtuelle était plus proche qu’il n’y paraissait.

Ils se sont associés et ont commencé à travailler pour certaines entreprises. Aujourd’hui, il y a six employés qui sont nourris par un réseau de collaborateurs, spécialistes dans différents domaines. Ils ont même travaillé avec 40 personnes à la fois. Pour Virtual Voyagers, l’annonce du métavers de Facebook est un tournant : « Cela change tout, car jusqu’à présent, c’était un secteur qui se développait petit à petit ».

Ils disent qu’un Internet tridimensionnel est en train de naître, qui ira au-delà des clics et des regards. « Les grandes marques de mode s’y mettent déjà. Balenciaga et d’autres créent déjà des vêtements qui n’existent que dans le métavers et que vous pouvez acheter », explique M. Martin-Blas. « Je pense qu’il y aura une période de transition où il y aura des choses du monde physique qui seront dans le monde virtuel, mais je pense qu’au final, ce sera une économie de choses différentes. Le PDG fait référence à l’achat et à la vente de biens numériques, à la participation à des concerts virtuels ou à des conférences dans le métavers. Mais il admet que le chemin est encore long : « Il faudra au moins dix ans avant que nous ayons une idée précise de ce que cela donnera.

Le monde numérique

Personne ne sait comment le monde numérique aura évolué dans dix ans. Mais l’enthousiasme monte maintenant. À tel point que les problèmes potentiels de ces mondes sont relégués au second plan. Tout comme les réseaux sociaux de Facebook ont été embourbés dans les scandales les uns après les autres, la même chose pourrait se produire avec un environnement virtuel qui sera encore plus complexe. Maximiliano Miranda, professeur de la licence en conception et développement de jeux vidéo et d’environnements virtuels à l’ESNE offre un double point de vue. « Bon nombre des problèmes imminents en matière de vie privée ou de désinformation ont déjà eu leur base dans n’importe quel réseau social et ne sont pas si nouveaux pour nous. Quand Cambridge Analytica est arrivé, les gens n’étaient pas conscients qu’ils vendaient pratiquement leur vie là-bas ».

Mais Miranda conseille de ne pas se reposer sur ses lauriers : « En fin de compte, Facebook, comme toutes les grandes entreprises technologiques, sont des monstres. Et le but de cette entreprise est simplement de gagner de l’argent et de maximiser les profits. C’est pourquoi il faut être très prudent avec la législation et aussi avec l’éducation des gens.

Quitter la version mobile